Maurice Alexander, dans l'ombre de Fréhel

Maurice Alexander, dans l'ombre de Fréhel

Il fut l'un des plus grands accordéonistes français.

Pourtant, c'est surtout dans l'ombre de Fréhel que Maurice Alexander a le plus pris la lumière.

Le Parisien a été l'accompagnateur de la chanteuse avant la Seconde guerre mondiale. Ensemble, ils ont notamment proposé au public "Tel qu'il est", une chanson d'amour (1936) sur laquelle l'orchestre de Maurice Alexander met en valeur les paroles humoristiques de Fréhel.

Avant cela, il avait écumé les bals avec Django Reinhardt. Maurice Alexander fut d'ailleurs la dernière personne à avoir jouer avec le prodige de la guitare valide. Il était présent en octobre 1928 lorsque sa roulotte fut victime d'un incendie, blessant grièvement Django et l'obligeant à inventer une nouvelle technique pour jouer de la guitare malgré son amputation des doigts et sa jambe en piteux état.

Maurice Alexander fut aussi un musicien très profilique, offrant à Columbia des dizaines et des dizaines de 78 tours.